Delphine

6 min
Prendre soin de notre santé passe par l’assiette, mais aussi par la salle de bain ! Si de nombreuses personnes faisaient déjà attention à leur alimentation et à la qualité des ingrédients qui se trouvent dans leur frigo, de plus en plus sont maintenant tout aussi attentives à la composition des produits cosmétiques et capillaires qu’elles utilisent. Et elles ont bien raison.

Allergies, irritations ou pire encore… certaines compositions peuvent avoir de lourdes conséquences sur notre santé.

Alors quels sont les ingrédients à éviter dans les produits capillaires pour ne pas risquer d’endommager notre chevelure ? Décryptage.

 

Lire l’étiquette des produits capillaires pour en comprendre la composition

Pour savoir ce que contiennent nos shampoings, après-shampoings, masques et autres, la première étape est de décrypter leurs étiquettes. Et plus particulièrement, d’analyser les listes INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients), c’est-à-dire les listes d’ingrédients qui se trouvent au dos de chaque produit.

Ce qu’il faut savoir sur ces listes INCI :

 

  • Elles sont obligatoires pour tous les produits de cosmétiques en Europe.
  • Elles sont rédigées en anglais ou en latin pour faciliter leur compréhension à travers le monde.
  • Les ingrédients sont listés par ordre décroissant, de la plus grande concentration à la plus faible.
  • Les cinq à six premiers ingrédients constituent généralement à peu près 70 % du produit fini. Les quantités exactes de chaque ingrédient ne sont jamais mentionnées.

 

Les catégories d’ingrédients à éviter dans les produits capillaire

Pour faire les bons choix lors de l’achat de vos produits capillaires, la deuxième étape est de connaitre les ingrédients nocifs. Passons en revue les différentes catégories de composants à éviter.

 

1. Les sulfates (tensio-actifs)

    Les tensio-actifs sont utilisés comme agents moussants, émulsifiants et nettoyants. C’est donc grâce à eux que le produit va se transformer en mousse lors de son application. Et même si cette mousse ne définit pas l’efficacité d’un produit, elle participe en tout cas à notre perception de son caractère nettoyant et à notre satisfaction lors de son utilisation.

    Mais tous les tensio-actifs ne se valent pas : certains sont très agressifs tandis que d’autres sont beaucoup plus doux et moins irritants. Le problème, c’est que la majorité des produits capillaires sur le marché contiennent les tensio-actifs les plus agressifs (les sulfates), qui ont tendance à irriter le cuir chevelu.

    Pour les reconnaître, c’est simple : leur nom contient le terme « sulfate ».

    Les tensio-actifs à éviter : Sodium Lauryl Sulfate, Sodium Laureth Sulfate, Disodium Laureth Sulfosuccinate, Ammonium Lauryl Sulfate, Ammonium Laureth Sulfate.

     

    2. Les silicones

    Les silicones sont très couramment utilisées dans les après-shampoings et les masques car elles apportent douceur, souplesse et brillance aux cheveux. Elles les rendent aussi plus faciles à démêler.

    Le problème, c’est qu’il s’agit de matières « plastiques » dérivées de la pétrochimie et que leur impact sur la fibre capillaire est néfaste. Les silicones laissent en effet une fine couche sur la fibre capillaire qui apporte de la brillance, mais qui étouffe aussi le cuir chevelu et qui alourdit la fibre capillaire. Conséquences : les cheveux sont plus gras et ils se fragilisent avec le temps.

    Les silicones sont, en plus, des ressources non renouvelables et non biodégradables, donc très polluantes pour l’environnement.

    On les repère grâce à leurs suffixes : — icone, — iconol, — oxane, — silane ou encore — siloxane.

    Les silicones à éviter : Dimethicone, Polysilicone, Polysiloxane, Amodimethicone, Silicone Quarternium et Trimethicone, Cyclopentasiloxane.

     

    3. Les ammoniums quaternaires
    Principalement présents dans les shampoings et les après-shampoings, les ammoniums quaternaires agissent de manière assez similaire aux silicones puisqu’ils apportent brillance et souplesse aux cheveux.

    Le hic, c’est qu’ils sont souvent utilisés dans les produits dits « sans silicones » en remplacement de ceux-ci... mais qu’ils sont encore plus nocifs !

    Les ammoniums quaternaires à éviter : Quaternium + chiffre, Polyquaternium + chiffre, DSDMAC (Quaternium-5), Dipalmitoylethyl hydroxyethylmonium, Methosulfate, Hydroxypropyltrimonium chloride, CTAC (Cetyl triméthyl ammonium chlorure), Cetrimonium choride, Behentrimonium chloride, Cellulose, Cross polymer.

     

    4. Les PEG et PPG
    Les PEG (Poly-Ethylène-Glycol) et PPG (Poly-Propylène-Glycol) sont utilisés principalement dans les shampoings en tant qu’agents émulsifiants et comme substance liante dans les gels. Le danger, c’est que les PEG rendent la peau plus perméable et que l’organisme est alors moins protégé des substances nocives.

    Pour les identifier, c’est facile : ils se nomment tout simplement PEG et PPG.

     

    5. Les conservateurs
    Il s’agit peut-être des ingrédients nocifs les plus connus du grand public, car ils font souvent l’objet d’articles et de mises en garde de la part de professionnels de la santé.

    Les conservateurs, comme leur nom l’indique, sont utilisés pour mieux conserver les produits et pour leur offrir une plus longue durée de vie. Leur rôle est également d’empêcher la prolifération de bactéries. On les retrouve dans la plupart des produits capillaires et cosmétiques.

    Le problème, c’est que ces conservateurs sont des perturbateurs endocriniens responsables dedérèglements hormonaux conséquents. La fertilité ainsi que le développement de cancers seraient notamment liés à l’usage de ces conservateurs.

    Les conservateurs à éviter : Parabènes (buthyl-, phényl-, méthyl-, propyl-, etc.), Phenoxyethanol, Isobutylparaben, Isopropylparaben, BHA, BHT, Phtalate, Méthylisothiazolinone, Triclosan.

     

    6. Les huiles minérales
    Les huiles minérales sont utilisées dans la plupart des produits pour les cheveux et apportent une sensation de douceur et d’hydratation grâce au film qu’elles laissent sur la fibre capillaire. Le souci, c’est que ce film étouffe le cheveu, bouche ses pores et empêche la pénétration des soins hydratants. Les cheveux semblent donc hydratés, mais il ne s’agit que d’un effet artificiel car la véritable hydratation naturelle et autorégulée du cheveu est compromise.

    Les huiles minérales à éviter : Paraffinum Liquidum, Ozokerite, Petrolatum, Ceresin, Cera Microcristallina, Mineral oil.

     

    7. Les fragrances et parfums
    Tout simplement répertoriés dans les listes INCI sous l’appellation « Fragrance/Parfum », les parfums sont utilisés dans les produits capillaires et cosmétiques pour donner au produit une odeur agréable ou pour masquer celle de certains de ses composants.



    Mais sous cette appellation se trouve une mystérieuse réalité. Car si les fabricants doivent mentionner qu’ils utilisent du parfum, ils n’ont pas l’obligation d’indiquer plus de détails quant à la composition de celui-ci. Or, un parfum peut consister en un mélange de dizaines de produits chimiques, dont des perturbateurs endocriniens et des composants cancérigènes. Le parfum est de manière générale très allergène et peut donc aussi engendrer des effets indésirables tels que des troubles respiratoires, des maux de tête et des réactions cutanées.

     

    Les ingrédients nocifs et leurs conséquences sur la santé

    Les ingrédients nocifs sont nombreux et se retrouvent dans la plupart des produits que l’on utilise au quotidien. L’augmentation vertigineuse des cancers hormonaux, des allergies et des maladies chroniques nous rappelle que nous devons rester vigilants quant aux produits que nous utilisons. Mais même si énormément d’études scientifiques prouvent les effets néfastes de l’un ou l’autre de ces ingrédients sur la santé, il reste encore des zones d’ombre à éclaircir.

    Entre autres, il faut encore préciser l’impact de l’effet « cocktail », c’est-à-dire de l’interaction de ces différents produits entre eux, puisque nous en utilisons plusieurs au quotidien (shampoing, après-shampoing, gel douche, déodorant, crème, etc.), et de l’accumulation de tous ces composants dans notre corps.

     

    « Chimique » ne veut pas toujours dire « toxique »

    Pour protéger notre santé, l’important est, d’une part, d’aller vers toujours plus de transparence du côté des fabricants concernant la composition de leurs produits et, d’autre part, que les consommateurs prennent l’habitude d’en décrypter les étiquettes afin de faire les bons choix.

    Mais attention toutefois aux amalgames et à ne pas condamner tout ce qui est chimique. Des ingrédients naturels peuvent être toxiques (une plante, par exemple) et des ingrédients chimiques peuvent être tout à fait inoffensifs (l’eau que l’on boit).

     

    Nos conseils

     

    • Si vos cheveux ne sont déjà pas en pleine santé, il est temps de faire le tri dans votre salle de bain et de vérifier que vos produits soient aussi sains que possible. Passez en revue vos shampoings et soins capillaires et écartez ceux qui risquent d’endommager la santé de votre cheveu et de votre cuir chevelu.

    • Tenez-vous informé des composants reconnus comme dangereux (par exemple, l’aluminium).

    • Privilégiez les compositions simples et naturelles.

    Nous répondons à vos questions et nous vous conseillons par téléphone au +352 957 056 ou par email à info@kryneo.com.

    Pour encore plus de conseils liés à la santé capillaire, rejoignez-nous sur :

    Delphine

    Responsable communication